Actualités

Partager sur :
11 mars 2021
Evènements emploi

Colloque visio "Ingénieurs premier emploi : Espoirs et Réalités"

Vue 5 fois

Colloque du 11 mars 2021 - Ingénieur premier emploi : Espoirs et réalités

1 – Analyse 

Le premier emploi d’un ingénieur est l’aboutissement d’un processus et le début d’un autre, c’est un passage d’une vie, celle d’étudiant à une autre, celle d’un responsable. Cette constatation conduit à se poser plusieurs questions :

  • La formation reçue par le candidat est-elle bien structurée et couvre-t-elle les différents domaines auxquels il sera confronté. Quelles différences entre formation par la recherche, l’apprentissage, l’alternance pour la formation des jeunes ingénieurs? Est-elle en particulier source de maturité personnelle, intellectuelle et sociale

  • Quelle part les aspirations personnelles du candidat vont prendre dans la recherche du premier emploi. Quelle place dans cette recherche pour les aspects scientifiques et techniques, pour la défense de l’environnement, pour les responsabilités exercées, pour la localisation géographique (France ou étranger), pour la rémunération…En un mot, quels sont les arguments de vente du candidat pour postuler à son premier poste et d’ailleurs y en a-t-il ?

  • Pour le recruteur, quelles sont les fondements de la décision d’embauche ? Il y a probablement des différences en fonction de la taille de l’entreprise, de la définition du poste, du sujet à traiter. Dans son arbre de décision tient il pour acquis que le candidat possède les compétences scientifiques et techniques (ou qu’il est capable de les acquérir rapidement après une courte formation complémentaire) ? Si c’est le cas, quels sont les autres critères qui le conduiront à retenir le candidat et notamment lesquels parmi les compétences softskills.

  • Une fois le candidat devenu ingénieur de l’entreprise, qu’en attend son employeur ? Peut il se contenter d’une application stricto sensu de la fiche de poste ? Si la réponse est positive, comment évalue-t-il le potentiel de l’intéressé et sur quels critères lui accordera-t-il confiance pour accroître plus tard son domaine d’action ? Sinon, comment fera t il pour cadrer l’action du jeune ingénieur sans tomber dans la relation intuitive voire « émotionnelle » ?

  • Une fois le candidat devenu ingénieur, qu’attend t il de son entreprise, quelles sont ses difficultés et ses « joies » ? On peut probablement affirmer que la principale pensée d’un jeune ingénieur en entreprise est de voir la fin d’un processus d’apprentissage et l’espoir d’un chemin professionnel riche en expériences. Pour son intégration dans l’entreprise, il comptera sur la réputation de sa formation mais nourrira certaines craintes. Suis-je à la hauteur du niveau scientifique et technique requis pour le poste ? Comment faire face aux contraintes de réalisation de projets avec ce que cela comprend comme domaines annexes auxquels je n’ai pas été préparé (appel d’offres, normalisation, budgets, environnement, relations avec les sous traitants…) ? Comment gérer mon équipe avec des personnes plus âgées, bien implantées dans l’entreprise et qui sur certains points sont plus aptes que moi ? Quelle opinion ma hiérarchie a-t-elle de moi et quel type de relations dois-je accepter de la part de mes chefs, quelles limites se fixer dans la soumission, l’obéissance, la confrontation, la familiarité mais aussi dans les autres relations sociales…Comment assurer la concurrence avec les autres ingénieurs de mon niveau ? Pour répondre à toutes ces sollicitations, dois-je sacrifier ma vie extra professionnelle… ?

Inscription en ligne ici

(Vous recevrez par mail le jour même le lien ZOOM vous permettant la connexion)

PLUS D'INFORMATION SUR LE SITE IESF

2- Déroulé de l’évènement ( susceptible de modifications)

  • Déroulé du Colloque

    13h45 : accueil par le président IESF IdF ou le directeur de l’EIDD

    14h00 : intervention de Dominique Mollard décrivant son entrée dans le monde des entreprises, ses difficultés, la manière avec laquelle il les a surmontées, ses succès et ses échecs et les leçons qu’il en a tirées.

    14h15 : Intervention de M’Ahmed Drissi, Directeur de l’INSA Rennes et représentant de la CGE pour présenter les résultats de l’enquête de cet organisme sur « insertion des diplômés des grandes écoles » pour ce qui concerne les ingénieurs.

    14h30 : Intervention de Riccardo Cacocciola, jeune ingénieur en thèse dans une grande entreprise (Saint Gobain), pour évoquer les questions que pose l’intégration dans une entreprise de taille importante.

    14h40 : Intervention de Louis Julien, jeune ingénieur dans la société PADOA, de taille moyenne pour évoquer les questions que pose l’intégration dans une PME ou un ETI.

    14h50 : Intervention d’un responsable de la société Segula Technologies sur le recrutement de jeunes ingénieurs dans une société à large spectre

    15h05 Pause

    15h15: Première table ronde sur la formation des ingénieurs et leur préparation au premier emploi  ( 1heure +10mn de questions):

    Modératrice : Florence Sueur, journaliste – Bar de l’Economie de Radio Enghien

    Participant.es : Yoan Gallo ( Mecavenir) – Maxime Renault (BNEI) – M’Ahmed Drissi (CGE) Marc Pagnier (Virtualis) - Stephanie Deveze-Delaunay (MESRI) – Ines Mellouk (CTI) -Florence Dufour (EBI)

    16h25 Deuxième table ronde sur le recrutement, le management et la RSE des jeunes ingénieurs (1heure+10mn de questions) :

    Modératrice : Clarisse Watine , « le monde des grandes écoles »

    Participant.es : Emilie Korshia (My Job Glasses) - Camille Morvan (Goshaba) – Jeremy Lamri (Jobteaser) - Antoine Martin (SNCF) - Syntech ingénierie – Muriel Colin (NEXTER) – Ugo Drieux (Alumni EIDD)

    17h35 : Conclusion par Daniel Weizmann Président du MEDEF IdF

    17h45 Fin 




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.